Le trouble de l’hyperphagie boulimique

boulimie 2

Qu’est-ce que l’hyperphagie boulimique ?

boulimie 2

Les troubles de l’hyperphagie boulimique se caractérisent par des épisodes de consommation de grandes quantités de nourriture jusqu’à l’inconfort, la plupart du temps très rapidement, sans vomissements volontaires ou autres comportements compensatoires que l’on retrouve dans la boulimie. Pour être diagnostiqué comme un trouble de l’hyperphagie boulimique, ce comportement doit se produire régulièrement, au moins une fois par semaine pendant trois mois.

Signes et symptômes de l’hyperphagie boulimique

  • Disparition de grandes quantités de nourriture
  • emballages vides ou récipients cachés dans des endroits inattendus
  • Malaise évident lorsqu’on mange devant les autres ou peur de manger devant les autres.
  • Accumulation ou vol de nourriture
  • Habitudes alimentaires irrégulières
  • Malaise gastro-intestinal continu (constipation, reflux acide, diarrhée).
  • Augmentation ou fluctuation du poids
  • Sentiment de culpabilité après avoir mangé
  • Obsessions liées à l’alimentation et à la nourriture

Diagnostic de l’hyperphagie boulimique

L’hyperphagie boulimique est diagnostiquée selon les critères définis dans le DSM-V (Manuel des diagnostics et des statistiques). Les critères de l’hyperphagie boulimique sont les suivants

  • L’ingestion d’une quantité de nourriture supérieure à la normale en un court laps de temps (2 heures).
  • Un manque de contrôle sur l’alimentation pendant cette période discrète ; l’impression de ne pas pouvoir s’arrêter de manger.

Les épisodes de frénésie alimentaire comprennent au moins trois des éléments suivants :

  • Manger beaucoup plus vite que la normale
  • Manger jusqu’à un point où l’on n’est plus du tout rassasié.
  • manger de grandes quantités de nourriture alors que l’on n’a pas faim
  • Manger seul par honte ou gêne
  • Sentiment de culpabilité ou de dégoût après une crise de boulimie.
  • Détresse lors d’une crise de boulimie
  • Les crises de boulimie se produisent au moins une fois par semaine pendant 3 mois.
  • Les crises de boulimie ne sont pas associées à des comportements compensatoires malsains (purges).

Complications médicales de l’hyperphagie boulimique

  • Prise de poids
  • L’obésité
  • Diabète de type 2
  • Hypertension artérielle
  • Maladie cardiaque
  • Troubles du sommeil
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Problèmes digestifs
  • Périodes menstruelles irrégulières ou peu fréquentes

Traitement de l’hyperphagie boulimique

Meilleur traitement de l’hyperphagie boulimique

Le meilleur traitement de l’hyperphagie boulimique peut faire appel à la fois à la psychothérapie et aux médicaments.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est utilisée pour aider le patient à identifier les schémas de pensée négatifs et les comportements inutiles qui ont contribué au trouble. La thérapie comportementale est utilisée pour aider le patient à apporter les changements de comportement nécessaires à l’arrêt des crises.

Les groupes de soutien et la thérapie familiale aident le patient à gérer les effets du trouble sur ses relations et son image de soi.

Aider un ami souffrant d’hyperphagie boulimique

Pour aider une personne souffrant d’hyperphagie boulimique, il faut faire preuve de compassion et de compréhension, même si vous n’êtes pas en mesure de comprendre pleinement ce que vit la personne.

Faites savoir à la personne que vous êtes là pour l’écouter et que vous ne la jugerez pas. Évitez de faire des commentaires sur ce qu’elle mange ou comment elle le fait, ou de lui dire d’essayer un certain régime ou un programme d’exercices. Évitez de donner des conseils ; pensez plutôt à écouter et à valider les sentiments.

Il peut également être utile de faire des recherches sur le trouble pour mieux le comprendre. Demandez-lui si elle suit un traitement et ce que vous pouvez faire en tant qu’ami ou proche pour l’aider à suivre son traitement.

Voici quelques éléments à garder à l’esprit lorsque vous aidez une personne souffrant d’hyperphagie boulimique.

Faites

  • Faites preuve d’empathie et exprimez votre amour et votre soutien.
  • Soyez honnête quant à vos propres difficultés à comprendre.
  • Reconnaissez qu’il n’existe pas de solution ou de remède rapide et facile.
  • Écoutez et validez leurs sentiments.
  • Soyez patient tout en connaissant vos propres limites.

N’essayez pas

  • N’essayez pas d’être un thérapeute.
  • Ne leur dites pas de manger quelque chose et d’arrêter d’être obsédés.
  • N’utilisez pas la honte ou la culpabilité pour le convaincre de manger ou de changer son comportement.
  • Ne faites pas de commérages avec d’autres personnes sur ce qu’ils vivent.

Ne faites pas de commentaires critiques ou méchants sur leur alimentation.

 

Vous vivez des moments difficiles et ne voyez pas le bout du chemin? alors n’hésitez pas de nous joindre par téléphone ou e-mail afin qu’on vous mets en contact avec un thérapeute adéquat.